Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Strictly trip hop

Strictly trip hop

L'Âge d'or du trip hop 94/99


Tricky - Angels With Dirty Faces (1998)

Publié par Strictly-trip-hop sur 20 Juillet 2011, 23:58pm

Catégories : #Bristol Sound

tricky-angels

 

Tracklist

1. Money Greedy

2. Mellow

3. Singing The Blues

4. Broken Homes

5. 6 Minutes

6. Analyze Me

7. The Moment I Feared

8. Talk To Me (Angels With Dirty Faces)

9. Carriage For Two

10. Demise

11. Tear Out My Eyes

12. Record Companies

       

Angels with Dirty Faces est le quatrième album du rappeur, producteur de Bristol (Angleterre) Tricky, sorti en 1998. Broken Homes met en vedette l'auteur-interprête anglais PJ Harvey. Carriage for Two met en vedette le guitariste d'Anthrax Scott Ian

 

Lien pour l'album : http://www.mediafire.com/?4ck0mz0jzym

 

tricky-362 article inside

 

Chronique

 

Après le virage expérimental abordé sur l’excellent Pre-Millenium Tension, l’enfant terrible de Bristol revient en 1998 avec un album suscitant de nombreux espoirs et autant d’incertitudes. En effet, alors que la plupart de ses fans de la première heure attendent un retour vers le son plus mélodieux de Maxinquaye, la pochette de ce quatrième opus de Tricky, explicitement appelé Angels With Dirty Faces, laisse présager une nouvelle plongée en apnée pour le Kid. Une fois le disque inséré dans la platine, le mystère s’éclaircit quelque peu en termes d’habile conciliation, tant Tricky privilégie toujours ses fumeux délires introspectifs, mais parvient toutefois à proposer à son auditeur quelques titres nettement plus accessibles que par le passé.

Lancé en éclaireur, le single Broken Homes, co-écrit avec PJ Harvey, confirme cette impression. Beat épuré sur lequel les chuchotements de Tricky flirtent délicatement avec la voix envoûtante de la diva anglaise, ce titre dégage un effet immédiat, malgré la noirceur de son refrain (« Those men will break your bones, don’t know how to build stable homes »). Il en va de même pour le spoken word de Analyze Me, rehaussé par la voix de Martina Topley-Bird et agrémenté de discrètes notes de clavier. Dans ces instants d’apparente légèreté, le trip-hop privilégié par le Kid à ses débuts semble refaire quelque peu surface, donnant ainsi au disque une touche de chaleur fort agréable. Mais de bien courte durée.

En effet, les autres titres de Angels With Dirty Faces se singularisent par une complexité accrue. Construits autour de boucles entêtantes et rapides, ils prennent l’auditeur à la gorge sans la moindre concession. Ainsi, peu après le démarrage en trombe imposé par la batterie et les riffs de guitare du politique Money Greedy et du non moins engagé Singing The Blues, les superbes Talk To Me (Angels With Dirty Faces) et Records Companies amènent ce troisième album de Tricky à un niveau d’étrangeté rarement atteint. Le premier morceau, construit autour d’une ligne de basse irrégulière sur laquelle se chevauchent des samples obscurs et en constante déstructuration, révèle les démons du chanteur, alors que le second, jouant sur une programmation de batterie/guitare électrique décalée, se pose comme un véritable brûlot envers l’industrie du disque (« Why the fuck do they keep making their guns, chew compassion save some sons »). Enfin, l’haletant The Moment I Feared achève de porter le tempo de l’ensemble au-delà des limitations, dans cet état de non-retour propre à un Tricky flirtant sans cesse avec la glissière de sécurité, et ce pour le plus grand plaisir de quiconque daigne le suivre dans ses délicieux écarts.

En définitive, malgré les quelques moments de répit que Tricky laisse à son auditeur, Angels With Dirty Faces reste un disque hautement torturé et nettement moins facile d’accès que Maxinquaye. Il n’empêche que cette quatrième livraison du Kid demeure une pièce maîtresse dans sa carrière, au point que certains fans avertis n’hésitent pas à la classer au sommet de la discographie de Tricky. Un avis que je partage pleinement, par ailleurs.

Miv

tricky--3

 

Music Video

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents