Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Strictly trip hop

Strictly trip hop

L'Âge d'or du trip hop 94/99


Portishead - Dummy (1994)

Publié par Strictly-trip-hop sur 14 Juillet 2011, 14:51pm

Catégories : #Bristol Sound

51EeKzW7iKL. SL500 AA300


Tracklist

 1. Mysterons

 2. Sour times

 3. Strangers

 4. It could be sweet

 5. Wandering star

 6. It's a fire

7. Numb

  8. Roads

 9. Pedestal

 10. Biscuit

 11. Glory box


Dummy est le premier album de Portishead, sorti le 17 octobre 1994.


On s'est beaucoup gaussé de la crédibilité à inventer une étiquette supplémentaire pour définir cette musique : le trip hop. Encore un truc de journalistes, persiflaient les détracteurs. Il n'empêche. Avec Massive Attack, Tricky et Dummy, le trip hop est la bande-son idéale de la ville dont il est originaire : Bristol, cité fantôme pluvieuse dont Portishead (étape dont le groupe tire son nom), avec ses grues rouillées noyées dans la brume en bout d'estuaire, est le résumé sinon l'unique symbole. Sur Dummy, Portishead invente des rythmes inédits, propices au trip. En écoutant "Sour Times" et "Glory Box", une sourde léthargie envahit, initiée par des tempos sous Tranxène à nuls autres pareils. Ici, on est loin de l'hystérie des breakbeats poussifs. Portishead préfère les routes de campagne où il fait bon prendre son temps aux circuits de F1 où l'on tourne en rond à toute berzingue. Mystérieuse et fascinante, l'ambiance un chouilla dépressive de Dummy est l'écrin parfait pour la voix tristement alanguie de Beth Gibbons portée par la pertinence des samples de Geoff Barlow. D'une rare sensualité, Dummy ne doit pas uniquement être l'apanage des âmes solitaires. Philippe Robert

 

Lien pour l'album : http://www.mediafire.com/?mnejmvy1zmy

 

portisheadb

 

Chronique


Est-il encore besoin de présenter Portishead ? Geoff Barrow et Beth Gibbons sont devenus en dix ans des artistes cultes, dont les moindres nouvelles sont attendues par leurs fans comme les nouvelles qui pourraient (enfin) faire sortir le Trip-Hop de sa torpeur actuelle...

Le premier album du groupe, ce "Dummy" sombre et torturé, reste à ce jour une des oeuvres musicales (tous styles confondus) les plus marquantes et les plus abouties, considérée un peu comme "LA base" du mouvement Trip-Hop. Mais là où d'autres artistes sont restés très confidentiels, Portishead a gagné un public extrêmement vaste et signé le tube de l'année 94 ("Glory Box"), qui sonnait à l'époque comme le renouveau de la création musicale britannique, offrant une option différente de la vague brit-pop des Blur, Oasis et autres Pulp, alors en pleine explosion.

Avait-on entendu avant "Glory Box" une chanson aussi étrange et mélancolique toucher un public aussi large ?

Les rythmiques influencées par le hip-hop, de l'univers duquel sont également venus se greffer les scratches et les grésillements de vieux vinyles, tous ces samples crachant leurs atmosphères lourdes et enfumées, ces idées kaléidoscopiques sorties de l'univers des musiques de film et ces textes sinueux et angoissés d'une chanteuse à la voix éraillée et touchante... Portishead fait partie des premiers groupes à avoir fait cohabiter des univers aussi décalés et différents dans un cross-over pourtant homogène et surtout très personnel.

En bref, " Dummy " est l'oeuvre Trip-Hop incontournable, INDISPENSABLE, et pas seulement pour les amateurs de ce style, mais aussi pour toute une génération qui a découvert avec ce disque ses premiers émois électroniques...

Geoff Barrow et Beth Gibbons (avec Massive Attack, Björk et quelques autres) ont ouvert une voie dans laquelle la plupart des tendances musicales du milieu des années 90 se sont engouffrées (le traitement par l'électronique d'une formule pop pourrait-on dire), devenant ainsi des précurseurs très respectés et des créateurs attendus.

Guillaume

 

Portishead Wolverhampton 20080413-1

 

Music Video

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents