Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Strictly trip hop

Strictly trip hop

L'Âge d'or du trip hop 94/99


Luke Vibert - Big soup (1997)

Publié par Strictly-trip-hop sur 18 Juillet 2011, 12:28pm

Catégories : #Mo' Wax

111

 

Tracklist

 1. Intro - Welcome

2. Rank Rink Ring

3. Voyage into the Unknown

4. Fused into Music

5. No Turn Unstoned

6. Reality Check

7. M.A.R.S.

8. Stern Facials

9. Am I Still Dreaming?

10. 2001 Beats

11. Music Called Jazz

12. Space Race

13. So Long - Outro

 

Big Soup est un album de Luke Vibert, sorti en 1997 sur le label Mo Wax.

 

C'est quand Luke Vibert explique le nom de son album que l'on comprend mieux l'intention du jeune homme. Il explique donc que sa mère faisait, quand ce dernier était petit, une soupe avec tout ce qu'il aimait dedans : un hachis parmentier version soupe. Bon, donc, en gros, si je comprend bien la métaphore, Luke Vibert a mis tout ce qu'il aimait dans cet album... et ben, ça en fait des choses! Cette "Big soup" passe par tous les états avant de donner ce qu'elle a en substance : jazz, rock, ambient, trip hop et breakbeat trouvent leur saveur sur les syncopes idéales du sieur Vibert qui en profite pour balancer deux trois samples volontairement ridicules qui déclenchent automatiquement un rictus de joie ou d'énervement sur votre visage. Ca dépend des gens!

 

1208019339671

 

 

Chronique

 

On connaissait à Luke Vibert une réputation de doux-dingue électronique, suite à ses productions passablement dérangées sous les pseudos Wagon Christ ouPlug, et un album sur Rephlex, le label d'Aphex Twin et Squarepusher auxquels il a été inévitablement comparé. Mais Luke sait aussi rendre sa folie plus présentable, comme en témoigne ce premier album pour Mo'Wax. Big Soup est un disque maîtrisé, apaisé, parfaitement agencé dans un style electro-hip-hop abstrait et dépouillé mais jamais sec, jamais à court d'arguments. Les rythmiques, claquantes et précises, sont traversées d'une multitude de trouvailles sonoreslâchées par petites touches impressionnistes qui confèrent au disque une atmosphère faussement calme et monotone, en fait plutôt passionnante au fil desécoutes. Mais aussi brillant et malin soit-il, Big Soup paraît presque anecdotique comparé au quasi chef-d'oeuvre qu'est le Connections de Paul Teebrooke, plusconnu par les initiés sous le nom de Stasis pour de souvent magnifiques productions tech-jazz sur Otherworld ou Peacefrog. Connections est sorti sur le label dumaître ès-jazz électronique, Kirk DeGiorgio (As One), qui décrit ce disque comme un "pas en avant pour la musique électronique". Soit un album sublime, enapesanteur, qui intègre avec une fluidité imparable les trois passions de son auteur, à savoir le hip hop, le jazz et l'électronique made in Detroit pour un résultatbeau comme un vaisseau spatial glissant majestueusement dans la galaxie vers un monde de lumière et de design.

Fabrice Desprez

artworks-000000674466-4npprm-crop

 

Music Video

  

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents